Personnes âgées et maltraitance (ou : championnats suisses vétérans).

Il est une catégorie de rameurs dont parle peu, évacués qu’ils ont d’une actualité quotidienne qui accapare les traditionnels « Sites du Club » et leur impose son rythme trépidant. BB1Y0948

Ils sont pourtant là, tout près, peut-être voisins de vestiaire, ou encore ombres sur de dominicales yolettes, fantômes que l’on croise traversant le présent, icônes d’un temps révolu où les jeunes s’occupaient intelligemment : les rameurs vétérans.

Confrontés aux dégradations des ans, à leur technique qui s’en va sous l’œil d’entraîneurs indifférents à leur dérive, le numéro de cadenas à chaque fois oublié, le dos qui ne va plus, le livre de sorties aux caractères minuscules, les dames qui tiennent la porte et la prostate je vous dis pas, les voilà contraints de prendre part à des joutes imbéciles, sans égards pour le plan canicule sur des plans d’eau écrasés de soleil, à l’heure de leur sieste ou de leur pipi, ou les deux.

Hier encore, le triste spectacle d’embarcations déséquilibrées aux équipage égrotants s’est offert aux yeux de ceux qui ne les avaient pas détournés, souillant de diverses façons, -sous le prétexte bien évidemment fallacieux de championnats suisses- le Rotsee, temple incontesté de l’Aviron mondial même s’il ne se trouve plus sur notre territoire national, comme l’indique l’intitulé de ce texte, et ceci depuis la glorieuse défaite de Waterloo, que voulez-vous qu’on y fasse mon pauvre Monsieur tout fout le camp.

Et sur l’une de ces barques traversant le Styx lucernois avec l’élégance de mille-pattes commotionnés, les spectateurs effarés ont pu voir, certains l’affirment, Kevin et Daniel.

Eh : on a gagné.

BB1Y0993

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire